Votre trafic ne génère pas de ventes ?

Voici quelques pistes pour augmenter son taux de conversion.

Table des matières

Un départ compliqué

Après des semaines à promouvoir sans relâche son site Web à l’aide des médias sociaux, des listes d’annonces payantes ou encore des moteurs de recherche, vous n’obtenez toujours aucune vente.
Démotivant, il faut bien avouer qu’un retour en deçà des attentes laisse transparaitre une certaine déception.
Décourageant, constater que les efforts engagés dans la stratégie de trafic furent investis en vain accentue la déconvenue.
En pensant récolter les premiers bénéfices du dur labeur effectué, le résultat est sans appel : rien ne se passe..!
Cette situation, aussi compliquée et difficile soit-elle, est révélatrice d’au-moins une réalité : l’importance du taux de conversion du site – ou CRO pour l’acronyme Conversion Rate Optimization.
Pour sortir des sentiers battus « création d’une landing page, d’un encart de présentation, d’un hero affichant une promesse de vente… », nous étayons quelques pistes intéressantes pour réduire l’hétérogénéité entre la partie marketing et la partie conversion de votre site.

Pourquoi est-il crucial d’augmenter son taux de conversion ?

Acquérir du trafic vers son site web puis générer des prospects n’est qu’une « partie émergée » de la stratégie digitale. Il faut également penser à renforcer l’autorité de sa marque, gagner la confiance de son public et, dans la continuité, lui offrir une expérience utilisateur convaincante qui l’encourage à agir.
C’est ici que le CRO intervient. Visant à donner des indicateurs clés pour optimiser son taux de conversion, s’engager dans une telle politique permet de mettre toutes les chances de son côté pour générer des ventes.
Après tout, un site top rank Google à fort trafic n’est-il pas une coquille vide s’il ne génère aucune conversion..?
VOUS SOUHAITEZ ENTREPRENDRE UNE STRATÉGIE POUR AUGMENTER VOTRE TAUX DE CONVERSION ? POURQUOI NE PAS SE LANCER DANS L’AVENTURE EN ÉTANT ACCOMPAGNÉ PAR DES SPÉCIALISTES ?

Réflexions sur la façon d'augmenter le taux de conversion

#1 - Cultiver un contenu fertile

Les mots-clés peuvent faire ou défaire le succès d’une stratégie digitale. Peu importe si la volonté est de promouvoir son contenu sur un ou plusieurs supports – reprenons la liste non exhaustive du départ : réseaux sociaux, moteurs de recherche, annonces et publicités payante… – il faut sélectionner ceux susceptibles d’être utilisés par son public cible.
Tip’ : L’outil Ubersuggest est un bon moyen de se familiariser avec la rechercher de mots-clés.
Toutefois, prenons ici un peu de distance avec le SEO.
L’idée est alors de sélectionner des chaines de caractères – au sens général du terme : mot, expression… – qui « parlent » à son audience.
En amont de la rédaction du contenu, il faut étudier ce qui fait écho à ses utilisateurs. Mettez-vous à leur place : qu’est-ce que vous cherchez, et qu’est-ce que vous aimeriez trouver ? Jouez sur la mise en scène du discours et donnez un sens à votre argumentaire à l’effigie de votre marque. En résumé, adonnez-vous à la rhétorique des mots.
Il existe trois types de requêtes que les internautes effectuent en ligne :
  • La recherche d’informations
Dans le cas présent, l’intention commerciale est quasi inexistante car c’est bien la quête de renseignements qui prime. Cependant, il ne faut pas omettre le potentiel d’un curieux qui, tout en étanchant sa soif d’apprendre, peut devenir un très bon prospect. Pour ce faire, il doit se retrouver dans les éléments présentés sur le site mais aussi pouvoir se projeter dans le contenu à venir. Faites du teasing, donnez-lui envie de s’instruire davantage sur son sujet de prédilection tout autant que sur un autre domaine dans lequel vous excellez.
  • La recherche spécifique
Dans un autre registre, une requête ciblée sur un mot-clé contenant le nom d’une marque, d’un produit, etc… montre que l’utilisateur connaît déjà la finalité de sa quête : rechercher puis accéder à la page souhaitée. Pour autant, son voyage ne devrait pas prendre fin à cette étape là. Faites en sorte de lui donner de l’appétence pour votre site, attisez sa convoitise pour qu’il navigue au sein d’un univers dans lequel vous êtes maitre.
Comment ? En associant les « classiques » – exemple du CTA – à un discours constructif et construit autour de son besoin, quitte à réduire le nombre de mots-clés dans la page au profit d’un argumentaire impactant.
  • La recherche transactionnelle
Comme son nom l’indique, ce type de démarche concerne les utilisateurs qui ont l’intention d’effectuer des transactions. Il s’agit notamment de termes commerciaux et/ou basés sur l’action, tels que « à vendre », « louer », « acheter »…
Si l’objectif est de maximiser les conversions, il est évident qu’avoir recours à des mots-clés transactionnels permettront d’attirer l’attention. Or, à l’instar d’un magasin exhibant une affiche « en solde », ce n’est pas parce qu’un utilisateur arrive sur le site – ou dans les locaux du magasin – qu’il passe à l’action !
N’est-ce pas fréquent qu’un individu sorte d’une boutique sans être passé par la case « caisse » ?
Votre force réside dans le contenu
Gardez les mots-clés pour les emplacements pertinents – titre de la page, méta description, slug URL, baliste « alt »… – et prenez le temps d’exposer le produit, de justifier sa pertinence pour faire en sorte que le texte soit aussi agréable à lire qu’une image à regarder.

#2 - Éviter la surcharge de texte

Paradoxe avec le point #1 ? Nous dirons complément !
Car oui, travailler son contenu texte est primordial, mais il se doit d’être couplé à des éléments visuels attractifs – infographies, vidéos, bannières… Et pour cause, en comparaison d’un bloc de texte brut, une représentation graphique reste plus efficace pour capter l’attention.

« Une image vaut mille mots »

Confucius
En ce sens, la notion de complémentarité apparait : le texte n’a aucun substitue lorsqu’il s’agit de discuter précisément d’un sujet, de justifier les spécificités techniques d’un produit et, plus largement, d’exposer un propos approfondi. Or, pour rendre accessible son écrit et donner l’envie de le lire, ou tout simplement pour aérer son argumentaire, quoi de mieux qu’une illustration qui met le contenu en exergue ?
En plus d’affermir l’expérience utilisateur en la rendant plus percutante, il est alors possible de faire apparaitre des offres et promotions qui ont vocation à attirer l’oeil et, par extension, inciter l’internaute à s’orienter vers le tunnel souhaité.
Évitez de multiplier les clics nécessaires pour passer commande : un à deux clics suffisent à ajouter un article au panier.
De la même façon, le visuel est un moyen efficace de structurer ses pages autours de sections plus ou moins mises en valeurs. Une nouvelle collection à promouvoir ? Pourquoi ne pas remanier le design du bloc dédié sur la page d’accueil pour faire en sorte que celui-ci se démarque du reste ? Une nouvelle campagne marketing calquée sur le calendrier des fêtes approche ? Pourquoi ne pas changer sa bannière pour que celle-ci soit de saison ?
Tip’ : Besoin d’illustrer son contenu ? Pour des images libres de droits, il existe une multitude de catalogues dédiés à la question, dont Pixabay et Pexels font partis de nos préférés.
Tip’ 2 : Besoin de créer des infographies à partir de données, de statistiques..? Canva est un outil en ligne simple d’utilisation de par son interface axé sur le drag&drop, et efficace de par le rendu obtenu en quelques minutes.

#3 - Dépasser la vision desktop

Beaucoup de spécialistes du marketing en ligne ont commencé leur carrière au moyen d’un terminal de bureau ou, en ce qui concerne les plus mobiles, d’un ordinateur portable.
Ils ont acquis, pour la plupart sinon la totalité, les compétences fondamentales pour l’exercice de leur profession dans un environnement desktop, y compris la conception web, la recherche de mots-clés, le référencement ou encore la gestion marketing des réseaux sociaux. En conséquence, la plupart d’entre-eux sont encore tournés vers l’expérience de bureau au détriment des nouveaux supports ancrés dans nos pratiques quotidiennes, caractérisées par l’utilisation des téléphones portables et des tablettes pour ne citer que les deux plus usités. Néanmoins, quand l’on voit qu’il est même possible de « surfer » à l’aide d’une liseuse, la liste des appareils n’en finie plus !
Malheureusement – ou heureusement ? -, plus de 50% des utilisateurs consultent du contenu au moyen d’appareils mobiles. La philosophie du « mobile first » s’est tellement implantée dans les moeurs que Google ajoute sa pierre à l’édifice en favorisant l’initiative dans son processus de référencement. Aujourd’hui, avoir un site dit « responsive » n’est plus une option de luxe pour viser l’indexation et le classement de son domaine dans le macrocosme des moteurs de recherche.
Fait encore plus frappant, il est même possible de soumettre son site à une évaluation rapide pour mesurer son optimisation mobile. Le test est dispensé par Google Mobile Friendly et disponible sur leur plateforme.
Le constat ne s’arrête pas là, puisqu’être abonné au mobile friendly outrepasse les avantages SEO jusqu’alors évoqués. En effet, l’importance du m-commerce ne cesse de croitre et celui-ci s’érige comme un acteur non négligeable dans le monde des achats en ligne, cumulant alors 1/3 des parts du marché – lien de l’étude.
Notons toutefois que porter son site sur tous les supports n’est pas une solution simple et passive qui change automatiquement la donne. Il est essentiel de soulever que le taux de rebond sur portable est supérieur à celui sur ordinateur, du moins concernant le e-commerce.
L’idée est alors de prendre un virage à double enjeu : s’engager dans la tendance du m-commerce c’est s’ouvrir les portes d’un marché fleurissant, encore faut-il coupler le portage avec une stratégie marketing venant appuyer, si ce n’est fortifier la démarche.
Avec un site responsive, adapté à l’expérience utilisateur – ici mobile – et témoin d’un canal de vente conçu sur mesure, revient à s’investir dans une perspective temporelle, car orientée vers les tendances actuelles, et rentable : augmentation du CRO, augmentation du SEO.
Tip’ : En cours développement d’une stratégie marketing adaptée au mobile ? Voici un guide synthétique pour entamer la démarche.

#4 - Apprendre de ses clients et valoriser leur expérience

S’il y a bien une chose à laquelle les consommateurs attachent de l’importance lorsqu’ils prennent des décisions d’achats, ce sont les recommandations personnelles de leurs pairs. Et pour cause, acheter un produit en ligne sur une nouvelle plateforme – considérons « nouvelle » dans le sens « inutilisée par l’utilisateur en question » – peut être source de méfiance et, parfois, d’abandon du panier.
Les raisons sont multiples : mauvaise ergonomie du site, tâtonnement dans le menu de navigation, fiche produit ambiguë… Quand il s’agit d’explorer un nouveau site, tout est prétexte à faire ressurgir de l’incertitude, particulièrement lorsque l’objectif final est d’effectuer une transaction monétaire. L’idée de fond est alors de limiter les doutes présents, afin d’enlever le sentiment d’indétermination et de renforcer son taux de conversion.
À l’instar des raisons, les solutions sont pléthores : repenser son canal de vente, travailler ses landing pages, parfaire l’arborescence… Cependant, en parallèle des améliorations à effectuer sur l’existant, il est aussi intéressant de susciter une phase de réflexion sur l’apport d’éléments inédits et bénéfiques à mettre en place. Parmi eux, pensez aux UGC – pour User Generated Content.
Contenu généré par les clients, c’est une façon de promouvoir sa marque et ses produits par l’intermédiaire d’une technique peu onéreuse et judicieuse. En effet, force est de constater que la véracité des dires d’un utilisateur non sponsorisé par une entreprise est davantage considérée par les consommateurs, qu’un encart publicitaire présent sur toutes les pages du site.
L’existence d’UGC affirme alors le choix des clients : l’appréhension est réduite et la crainte de l’inconnu amoindrie. En consultant ces ressources, le passage à l’achat est facilité car l’individu est rassuré et conforté dans sa prise de décision.
Évaluations personnelles, review de blog, vidéos de déballage, commentaires… Toutes les données produites par les usagers sont bonnes à prendre en compte, puisqu’elles sont toutes plébiscitées dès qu’il faut se faire une idée sur le produit/service désiré.
La publication d’UGC n’est pas forcément un défi technique, mais plutôt une action délicate. La difficulté réside dans le fait de devoir acquérir des avis, positifs de surcroit, de la part des usagers, tout en laissant la liberté de pouvoir refuser la contribution.
Ici, l’automatisation permet de simplifier la tâche et est particulièrement utile quand elle est combinée à une évaluation du produit. À chaque achat, associez un message de remerciement dans lequel est intégré un formulaire d’évaluation. La récolte des avis est alors passive, productive, et peut même être approfondie à partir du moment où l’on définit les critères au préalable : qualité du service de l’entreprise, du produit reçu, du service après-vente… En fonction des campagnes marketing, il est même possible de joindre un bon de réduction pour un produit ou pour une sélection d’articles après que l’évaluation soit soumise.
Tip’ : Un nombre important d’outils d’emailing marketing sont sur le marché, lui-même dominé par le géant MailChimp. Toutefois, en ce qui concerne l’automatisation d’email nous sommes attachés à la plateforme logicielle ActiveCampaing.
Dans un autre registre et pour s’ouvrir à un support externe, il est possible de mettre en place un concours de hashtag qui incite à publier des photos exposant votre marque. Par exemple, demandez à vos consommateurs comment ils utilisent votre produit et créez un hashtag de marque pour augmenter votre portée sociale. À l’issu du concours, le ou les gagnants peuvent même faire une vidéo lors de la réception de leur prix. Le bénéfice est double : gagner de la visibilité et acquérir des retours positifs qui valorisent vos produits.
Une fois fait, il ne reste plus qu’à présenter toute cette matière récoltée sur votre site pour montrer à vos prospects que leur pairs sont devenu des clients !
ÊTRE ACCOMPAGNÉ POUR ACCROÎTRE SON TAUX DE CONVERSION ?

Bilan : augmenter son taux de conversion : des solutions

Convertir les visiteurs en abonnés précieux, adeptes de la marque et inscrits au registre des clients n’est pas chose aisée. Pour autant, ce n’est pas mission impossible à partir du moment où les problèmes sont identifiés.
À l’image de cet article, il n’y a pas vraiment de « problèmes », mais plutôt une multitude de solutions… Encore faut-il savoir lesquelles sont adaptées à notre besoin et, également, comment les mettre en place.
Il n’y a rien de mal à élargir ses compétences et à essayer d’acquérir de l’expérience dans tous les domaines du marketing digital. Cependant, maitriser totalement sa stratégie marketing et faire en sorte que celle-ci soit compétitive prend un tout autre sens lorsqu’en face se dresse des concurrents épaulés par une équipe de professionnels, chacun expert dans son domaine de prédilection. Être accompagné de spécialistes dans l’UX, la rédaction publicitaire, la photographie, l’analyse data… apparait alors comme une démarche pertinente pour assoir sa stratégie de marketing digital.
.357 Growth Agency est une équipe de personnes dévouées qui aide les marques à croître vers un objectif de réussite. Optimiser le taux de conversion fait parti de nos mission et nous serons enchanté de partager notre savoir-faire avec vous.
À bientôt.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Partager sur email
.357 Growth Agency

.357 Growth Agency

Agence de marketing digital, spécialisée dans la croissance des entreprises.
Devenez efficace, Devenez PRAGMATIQUE